1LAD Discour

Publié le par Mohamed Chikhaoui

Je me suis référé, dans mes œuvres, aux tableaux du peintre surréaliste Salvador Dali. Le travail de ce dernier est caractérisé par sa rupture et son rejet de tous les visages du naturel, de logique et du connu. Il sollicite à travers son ouvrage l’imagination, le paranormal et l’insolite.

Malgré mon attachement à ses œuvres, je n’ai ni imité ni reproduit ce qu’il avait réalisé. J’ai interprété, changé, ajouté et recomposé. Puis, j’ai établit une interprétation par la faculté de la recomposition et de la représentation. J’ai changé l’emplacement des morphèmes et j’ai réaménagé mon espace pictural en me basant sur quelques tableaux de ma référence surréaliste. Ensuite, j’ai construit une composition harmonieuse en créant des relations différentes entre les composants de mon image.

Concernant les couleurs, j’ai effectué quelques contrastes comme celui du clair/obscur, chaud/froid et les couleurs complémentaires etc. Les gris colorés sont été présents aussi dans mon image comme on les trouve chez Dali.

Dans la deuxième œuvre, j’ai insisté de dépasser la composition originale de Salvador Dali. J’ai crée des nouvelles composants propres à moi prises de ma propres imagination. Je n’ai pas gardé les couleurs utilisées par le peintre. J’ai ajouté et j’ai changé les tons aussi. J’ai diffusé mes couleurs avec des mesures précises suivant les différents plans la composition à fin d’atteindre une certaine profondeur au niveau de la perspective.

Finalement et après avoir comprendre le surréalisme et ses points d’intérêts, j’ai établit ma propre composition. J’ai fait intervenir l’espace surréaliste et ses caractéristiques imaginaires mais j’ai changé et j’ai enrichi cet espace avec des objets insolites. L’insolite se manifeste dans mon tableau à travers les relations illogiques entre les objets et à travers mon intervention sur l’objet même.

L’objet présenté semble être hybride, transfiguré, transformé et métamorphosé.


 

Commenter cet article